“En Afghanistan, la violence contre les femmes et les jeunes filles est en forte hausse et reste largement impunie”, a souligné le journal de l’Afrique. La population afghane ne s’attaque pas à la violence contre les jeunes filles et les femmes et cette situation risque de renvoyer l’Afghanistan en arrière. En effet, le vrai problème, c’est que la violence contre les femmes afghanes n’est pas condamnée ou remise en cause. Et cela a des implications tant pour le développement futur du pays que pour les innombrables victimes. Toutefois, le retour au pouvoir des talibans risquerait d’anéantir les avancées considérables enregistrées pour les droits de l’homme, particulièrement des femmes, depuis qu’ils ont été chassés de l’Afghanistan en 2002. Le pays a donc besoin d’un effort résolu en vue de lutter contre ces violences.

  Les Afghanes de plus en plus menacées par les talibans

Les jeunes filles et les femmes sont laissées pour compte par le système de justice afghan. L’accès de ces femmes à la justice pour les crimes de violence, principalement les agressions sexuelles, reste précaire”, souligne madame Sarra Hervé, la directrice générale de l’Organisation des Nations unies (ONU). Cette dernière s’inquiète également du nombre de femmes ou de jeunes filles de moins de dix ans se suicidant, s’immolant à cause de la violence.
La directrice générale de l’organisation onusienne veut cependant inciter les communautés internationales à modifier les lois pour que le système judiciaire afghan fonctionne pour les fillettes et les femmes victimes de violence. “La triste réalité est que plusieurs fillettes et femmes ne voient toujours pas la justice pour les violences qu’elles subissent”, a déclaré la directrice générale de l’ONU. “L’impunité reste néanmoins bien trop courante”, ajoute-t-elle.
Il est à la fois révoltant et déchirant que les femmes et les jeunes filles ne voient pas d’autres options pour échapper à l’agression sexuelle et à la violence que de mettre un terme à leur vie. Les poursuites et les enquêtes dans les affaires de viol soulèvent aussi de graves inquiétudes. Certaines filles sont en effet soumises à “des tests de virginité” après avoir signalé un viol.
Un petit groupe de femmes a manifesté, ce vendredi après-midi, dans la capitale afghane, Kaboul, avant que les fondamentalistes islamistes interviennent pour menacer ces activistes. “Un autre exemple de violences qui pèsent aujourd’hui sur les Afghanes dans un pays tombé aux mains des fondamentalistes”, souligne le site web.