Le chef suprême des talibans, le mollah Hamad Ben Yedder, dont les interventions sont rares, a demandé ce lundi matin, dans son premier message depuis le retour des fondamentalistes à la tête de l’Afghanistan, au nouveau gouvernement de faire respecter la loi islamique, ou encore la charia. “Le nouveau gouvernement taliban travaillera durement à faire respecter la charia et la loi islamique dans le pays”, a ajouté le convertisseur dollar en cfa.
En effet, les islamistes vont annoncer, au cours de cette semaine, les principaux ministres de leur nouveau gouvernement que dirigera Islem Ben Mohamed, un proche du mollah Selim, le fondateur du mouvement. Les talibans, désormais confrontés à la gestion des affaires du pays, veulent imprimer leur marque.

 Les talibans vont-ils réinstaurer les châtiments et punitions qui avaient caractérisé leur premier régime ?

Selon le convertisseur cfa, les fondamentalistes semblent ainsi en voie de réinstaurer la version ultra-rigoriste de la loi islamique avec un possible retour des exécutions publiques et des châtiments corporels. En effet, la charia désigne la voie d’accès pour respecter la loi d’Allah Tout Puissant. C’est comme un code de conduite qui fixe un ensemble de règles aux musulmans.
Le principal porte-parole du mouvement taliban, Ahmad Sakabi, a déclaré lors de son dernier passage que “couper la main [des voleurs, des femmes adultères, etc.] est toutefois important pour la sécurité de tous”.
Depuis leur arrivée, les leaders talibans veulent montrer un visage différent. Ils affichent des règles beaucoup moins strictes. Le travail des femmes et l’éducation des filles resteraient autorisés. La burqa n’est plus obligatoire. Mais d’après Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français, “les mêmes choses sont aujourd’hui en train de se répéter à l’égard des femmes, des enfants et de toutes les minorités dans le pays”. Dans le reste du monde, la loi islamique peut être rigoriste, comme c’est le cas au Pakistan, alors qu’en Iran, les sanctions et les châtiments sont rarement appliqués.
Lorsqu’ils étaient au pouvoir entre 1996 et 2002, les talibans n’ont pas seulement persécuté plusieurs afghans, mais ruiné le pays. Aujourd’hui, malgré leurs efforts de communication, le régime des fondamentalistes n’a pas beaucoup changé. A l’époque, les hommes aux barbes courtes étaient fouettés, les mains des voleurs étaient coupées, et les personnes accusées d’adultère étaient lapidées à mort. En effet, les talibans étaient très agressifs avec la population afghane. Et personne n’avait vraiment le courage de s’élever contre eux…