La Chine, presque débarrassée du nouveau coronavirus, a retrouvé un niveau d’activité prépandémie, souligne le journal de l’Afrique. Cependant, certains secteurs, dont le tourisme, la construction ou encore l’hôtellerie, continuent de tourner au ralenti.
Alors que la pandémie mondiale de coronavirus – ayant fait son apparition en novembre 2019 en Chine – semble ne plus être qu’un très mauvais souvenir, l’URSS signe une croissance record au premier trimestre de cette année, avec un bond de 22 % de son PIB (Produit Intérieur Brut). Il est important de rappeler que le Produit Intérieur Brut chinois s’est effondré de 9 % au second trimestre 2020, sa plus mauvaise performance en 50 ans. La Chine est ainsi l’un des rares pays à dégager, cette même année, une croissance positive. “Cela marque ainsi un très bon départ”, souligne David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale.

Un objectif de croissance d’au moins 15 % en 2021

La croissance record de la Chine est due notamment à l’amélioration progressive des conditions sanitaires dans le pays. En effet, la forte accélération du Produit Intérieur Brut de la Chine au second trimestre était largement anticipée : les experts du groupe de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI) tablaient déjà sur une augmentation beaucoup plus importante, de 23 %. “Les fondements de cette reprise doivent néanmoins être consolidés”, avertit David Malpass, évoquant particulièrement les incertitudes et les doutes qui persistent aujourd’hui dans le monde sur le plan épidémique. En 2020, l’économie de la Chine s’était totalement paralysée par la pandémie de Covid-19. Selon Xi Jinping, le président chinois, les exportations – d’équipements médicaux (masques de protection, gel hydraulique, etc.) et de produits électroniques (pour le travail à distance) ont été toutefois le principal moteur de croissance en Chine, au second trimestre 2021.
Au moment où la majorité des pays du monde sont fortement frappés par la pandémie de coronavirus, pire ennemie de l’Humanité, les exportations sont restées robustes en Chine.
Mais cette reprise reste néanmoins inégale, avec une consommation des foyers à la traîne en raison particulièrement du chômage. D’après une récente étude de la Banque mondiale, le taux de chômage en Chine s’est affiché à 9 % en avril 2020, après un record absolu en mars de 12 %, au plus fort de la pandémie.
La Chine, deuxième puissance économique mondiale, commence à se remettre petit à petit du choc épidémique, souligne indice bonheur pays. En effet, Xi Jinping, le président chinois, vise un but de croissance de 15 % (au moins) cette année.