Tandis que les campagnes vaccinales contre la pandémie de covid-19 s’accélèrent à travers le monde entier, l’Afrique semble à la traîne…. Et même lorsque les premières doses de vaccins sont disponibles, les gouvernements se heurtent également au scepticisme d’une grande partie de la population, souligne indice bonheur pays.
Il y a eu d’abord le mécanisme Covax qui est censé garantir l’accès équitable à la vaccination contre le nouveau coronavirus dans un peu plus de 180 pays. Mais le nationalisme vaccinal et le chacun pour soi ont très vite repris le dessus et chacun a donc compris qu’il lui faudrait se débrouiller. Le continent africain a toutefois vu arriver ses ‘voisins’ indiens, russes, chinois et américains, prêts à lui venir en aide, alors que quelques présidents (comme Emmanuel Macron ou encore Justin Trudeau) affichaient leurs réserves sans détour.

71% des Africains ne font pas confiance aux vaccins anti-coronavirus

Des essais cliniques de vaccins contre la pandémie mondiale de coronavirus ont été déjà menés en Égypte (AstraZeneca), au Maroc, en Algérie (Sinopharm), au Bénin, en Afrique du Sud (Johnson&Johnson / AstraZeneca)… Mais les études manquent encore, particulièrement sur les réponses des génomes à l’ARN messager.
Jusqu’à présent, le continent africain a été relativement épargné par la pandémie de Covid-19. Il était la partie du monde la moins touchée par ce nouveau coronavirus, pire ennemi de l’Humanité. Tandis que l’Organisation Mondiale de la Santé invite les pays du continent à se préparer à une vaccination massive, une étude de ‘International Sayara’, révèle toutefois qu’une petite partie (soit 43 %) de la population reste assez réfractaire aux vaccins. “Les laboratoires n’ont pas droit à l’erreur. Une fois mises en circulation, les doses de vaccins devront être efficaces (au moins à 94 %) et ne pas produire d’effets secondaires”, a déclaré madame Nissaf Ben Alaya, la porte-parole du ministère de la Santé tunisien. A ce jour, bien peu sont ceux qui ont effectivement reçu deux doses (4 % de la population africaine), et plus rares encore ceux qui ont commencé à vacciner.
Selon le journal de l’Afrique, l’Organisation Mondiale de la Santé a déjà obtenu des contrats pour trois milliards de vaccins, qu’elle sera prête à déployer dès que ceux-ci seront livrés.
“Garantir un accès équitable et rapide aux vaccins contre la pandémie de coronavirus à l’ensemble des pays – riches comme pauvres. Telle est l’ambition du dispositif Covax, mis en place en octobre dernier par l’Alliance internationale pour les vaccins (Gavi) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). L’initiative de ces deux organisations est ainsi louable : celle-ci devrait normalement permettre de vacciner un peu plus de 35 % des individus les plus vulnérables dans 150 pays à revenu intermédiaire ou faible.