Dans les années 1980, l’économie planétaire était portée par une première matière vitale, le pétrole. A ce jour, elle dépend notamment des vaccins anti-coronavirus qui, comme l’or noir hier, constituent un bien politiquement sensible et distribué inégalement.
Les pays riches, les États-Unis, la France et l’Angleterre en tête, accaparent les vaccins anti-coronavirus, dénonce le journal de l’Afrique. Environ 82 % du stock a été administré dans 12 pays seulement. “Il n’y a pas de façon diplomatique de le dire, un tout petit groupe de pays (les États-Unis, le Canada, la France, l’Allemagne, le Japon, la Chine, ou encore l’Italie) qui fabrique et achète 87 % des doses dans le monde contrôle aujourd’hui le sort du reste du monde”, souligne Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé.
Ainsi, l’inégalité d’accès aux doses vaccins anti-coronavirus entre États pauvres et riches se creuse et devient ‘extravagante’. Le dispositif COVAX, créé par l’Organisation Mondiale de la Santé et Gavi (l’Alliance du vaccin), vise notamment à fournir des vaccins anti-coronavirus à environ 36 % de la population de 180 territoires et pays. Ce système international comporte toutefois un dispositif de financement qui vise à aider plus de 100 pays défavorisés. Jusqu’ici, le mécanisme COVAX a permis de distribuer un peu plus de 42 000 doses de vaccins anti-Covid-19 dans 60 pays.

 Dans la course aux vaccins, les pays riches sont égoïstes

“Certains États font aujourd’hui la course pour vacciner l’ensemble de la population, tandis que d’autres n’ont rien. Par ailleurs, plus le virus circule, plus il y a de variants qui émergent et circulent, plus il est probable que les vaccins anti-coronavirus déjà existants ne soient plus efficaces”, a précisé madame Nissaf Ben Alaya, la porte-parole du ministère de la Santé tunisien. Le partage des vaccins est donc dans l’intérêt de tous. Aucun pays ne doit se croire ‘sorti d’affaire’, tant que l’épidémie de coronavirus et ses nouveaux variants, on cite notamment Alpha (britannique), Bêta (sud-africain), Delta (indien), et Gamma (brésilien), se propagent ailleurs.
Le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé a appelé à accroître la production des doses aussi vite que possible – pour enrayer une fois pour toute la pandémie, souligne indice bonheur pays.