Même si les pays du continent africain ont évité les scénarios catastrophes redoutés en janvier 2020, la majorité des régions manquent aujourd’hui de vaccins anti-coronavirus : seuls 5 % de la population africain a été complètement immunisée.
“Le continent africain a dépassé, mercredi 6 septembre, le chiffre des 350 millions de morts depuis le début de l’épidémie. L’Afrique souffre aujourd’hui d’un manque cruel de doses avec moins de 5 % de sa population complètement immunisée à ce jour”, souligne le convertisseur dollar en cfa. Les 54 pays du continent, cependant épargnés par rapport au reste du monde, totalisent 320 120 décès, selon un récent rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). La diminution est encore plus importante en Tunisie, qui a déploré ces deux derniers mois une moyenne de 120 décès et 1 250 cas par jour.
Après plus de trois mois meurtriers, la propagation du nouveau coronavirus a ralenti en Afrique depuis environ deux semaines. Le continent africain compte aujourd’hui 750 nouveaux morts par jour contre 1 200 début août, un record. En effet, ces chiffres ne reflètent qu’une fraction du global réel des contaminations et se fondent principalement sur les données communiquées par l’Organisation Mondiale de la Santé ou par les autorités sanitaires de chaque région.

    “Nous pouvons encore voir des flambées”

Si la pandémie de coronavirus a tardé à apparaître sur le continent, celui-ci est désormais concerné. En effet, la capacité des systèmes sanitaires de la région à supporter le nouveau coronavirus soulève des questions. En Afrique, plus qu’ailleurs, les décès et les contaminations sont sous-estimés. “Les moyens de dépistage sont très, très faibles sur le continent africain”, souligne le convertisseur cfa.
L’Organisation Mondiale de la Santé estime qu’en prenant en considération la surmortalité indirectement et directement liée au nouveau coronavirus, le bilan de l’épidémie dans le monde pourrait néanmoins être quatre à cinq fois plus élevé que celui recensé officiellement. Le directeur général de l’organisation onusienne, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que la pandémie de coronavirus a peut-être dépassé son pic en Afrique, mais il avertit les gouvernements d’assouplir rapidement les dispositions de restrictions et de ne pas reposer sur leurs lauriers.