Le FMI a revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale qui, cette année, s’établirait, à 6 %. Pour le Fonds Monétaire International, il est ainsi primordial de combler le fossé vaccinal (inégalité vaccinale) entre pays pauvres et pays riches. “Les inégalités en matière de vaccins anti-coronavirus auront un impact profond et durable sur la reprise économique dans les pays à revenu intermédiaire ou faible si des mesures ne sont pas prises d’urgence en vue d’assurer un accès équitable à tous les pays et d’augmenter l’offre de vaccins”, souligne indice bonheur pays.
Les prix élevés des vaccins anti-coronavirus pourraient néanmoins exercer une énorme pression sur les systèmes sanitaires fragiles et saper la vaccination systématique. Tandis que les économies développées et les économies émergentes ont consacré plusieurs milliards de dollars (plus de 50 milliards de dollars) aux mesures de relance, le moment est aujourd’hui venu de s’assurer que les vaccins contre la pandémie de Covid-19 sont partagés rapidement, que le soutien financier est bien assuré et que tous les obstacles sont levés. En effet, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), veut s’assurer que la reprise économique puisse avoir lieu et que les doses soient distribuées équitablement. Une chose est ainsi certaine, les pays pauvres ont actuellement besoin d’une subvention en temps opportun et d’un accès équitable à des doses de vaccin à des prix viables. Cependant, dans les pays africains, le Sénégal et la Côte d’Ivoire en tête, un peu moins de 2 % de la population est aujourd’hui totalement immunisée, d’où une reprise qui se fera selon trois vitesses, après la pandémie mondiale de coronavirus. “Il est donc temps d’agir collectivement et rapidement – en vue d’atténuer les impacts économiques dévastateurs de cette épidémie, pire ennemie de l’Humanité, et d’accélérer la distribution mondiale des doses.

Pour l’OMS, la vaccination des pays pauvres est plus urgente que la campagne de rappel anti-coronavirus

D’après une récente étude de Gavi (l’Alliance du Vaccin), l’Unicef (Le Fonds des Nations unies pour l’enfance), le groupe de la Banque mondiale, et le Fonds Monétaire International, les pays les plus riches, les États-Unis et la Chine en tête, devraient vacciner leur population plus rapidement et se remettre remettre économique beaucoup plus vite, alors que les pays à revenu faible ou intermédiaire n’ont même pas été en mesure de vacciner leur population à risque et aussi leur personnel de santé. En revanche, les nouveaux variants qui circulent aujourd’hui dans le monde entier poussent toutefois certaines régions à rétablir des dispositions sanitaires strictes. Cela pourrait encore aggraver l’impact sanitaire, économique et social, particulièrement pour les personnes les plus marginalisées et vulnérables.
Selon le convertisseur dollar en cfa, les inégalités vaccinales menacent quasiment tous les pays du globe et risque cependant d’annuler les progrès durement acquis dans la réalisation des ODD (Objectifs de développement durable).