L’interdiction d’obliger les élèves de porter des tenues religieuses dans les écoles publiques, émane du mouvement qui a fait suite à la tentative d’une école de forcer un élève chrétien à porter un foulard musulman. Parce que l’islam en Indonésie est avant tout une religion de fraternité et de paix que le ministre de l’éducation a assuré qu’il ne faut pas obliger les écoliers ou les enseignants de porter des tenues religieuses au sein des écoles publiques

Le nouveau décret

Le 3 février, Nadiem Anwar Makarim, le ministre indonésien de l’Éducation et de la Culture, a annoncé la mise en place d’un nouveau décret dictant à interdire aux écoles publiques de s’ingérer dans les croyances religieuses des enseignants et des élèves .
Les autorités indonésiennes ont adopté ce nouveau décret qui interdisait aux écoles publiques de s’introduire dans les croyances religieuses des enseignants et des élèves, une décision qui a été appréciée par plusieurs responsables religieux en Indonésie en saluant les différents efforts accrus mis en place par le gouvernement afin d’assurer que malgré le pays est à majorité musulmane il reste assez inclusif.

Annoncé le 3 février, le décret a vu le jour à la suite d’un mouvement de protestation qui a eu lieu le mois dernier après qu’un lycée professionnel se trouvant au seind d’État de Padang, dans la province de Sumatra occidental, ait ordonné à toutes les étudiantes de porter un hijab.

Selon le décret, les écoles n’a pas le droit d’obliger les élèves et les enseignants à porter des vêtements qui identifient leurs religions.

« L’essence de ce décret est que les enseignants, les étudiants et les différents responsables de l’éducation ont le droit de choisir. Le port de tenus religieuses est une décision personnelle », a déclaré le ministre de l’Éducation et de la Culture Nadiem Anwar Makarim lors de l’annonce du décret avec le ministre des Affaires religieuses Yaqut Cholil Qoumas et le ministre de l’Intérieur Muhammad Tito Karnavian, après la prière du vendredi selon l’horaire de prière en Indonésie.

Signaler les violations du décret

Le décret exige aussi que les directeurs d’école et les gouvernements locaux révoquent les règlements qui interdisent ou exigent une telle tenue dans les 30 jours.
Le ministre a appelé le public à signaler toutes violations.

Ce décret, doit être pratiqué dans les différents provinces d’Indonésie sauf à ‘Aceh à Sumatra, puisque c’est la seule région du pays où la charia islamique est imposée.
Le ministre a affirmé que le décret était nécessaire pour lutter contre l’intolérance religieuse dans les écoles.
” Je crois que cette affaire n’était que la partie émergée de l’iceberg “, a assuré le ministre, en ajoutant que le gouvernement tient à ce que tout le monde respecte les croyances d’autrui.

Ahmad Nurcholish de la Conférence indonésienne sur la religion et la paix a accueilli favorablement le décret, affirmant qu’il soutenait le concept de liberté de religion et de conviction garanti par la Constitution indonésienne.
Les écoles devraient être exemptes de telles exigences religieuses obligatoires. Que ce soit une décision individuelle”, a-t-il déclaré à UCA News.

.