Les deux Congo sont doublement frappés par la crise sanitaire et économique due à la propagation du nouveau coronavirus et à la baisse des prix du pétrole.
Les dirigeants chinois “Xi Jinping” et congolais “Denis Sassou-Nguesso” ont convenu mardi dernier, lors d’une visioconférence, de restructurer la dette congolaise envers Beijing.
Il est à noter que cette dette empêche le Congo de reprendre des négociations avec le groupe de la Banque mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI).
“La question de la colossale dette congolaise a été évoquée par les dirigeants congolais et chinois, et le chef de l’Etat Denis Sassou-Nguesso a posé le problème à son pair en lui faisant une demande d’une seconde restructuration”, déclare le ministre des finances congolais. Selon ce dernier, le président chinois a approuvé ‘cette demande’.
Le but de cette deuxième restructuration ? Selon Emploi Brazzaville, c’est en effet pour permettre aux États de lever cet obstacle aux bonnes relations avec le Fonds Monétaire International et le groupe de la Banque mondiale, et d’avoir beaucoup plus de ressources pour faire face à ses besoins internes. Les experts congolais et chinois sont ainsi chargés de pouvoir en fixer les conditions et les modalités.

    La situation des investissements chinois en République démocratique du Congo

La Chine encourage cependant ses sociétés à investir davantage dans la République congolaise, particulièrement dans les domaines de l’agriculture et de la santé. Il est important de rappeler que le gouvernement chinois avait restructuré en février 2019 la dette du Congo. Cette dernière est évaluée à 155 % du PIB (Produit Intérieur Brut) par le Fonds Monétaire International et la Banque mondiale. “On doit donc tout mettre en œuvre en vue de rendre la dette publique soutenable”, a signalé David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale.
Le Fonds Monétaire International a toutefois suspendu son appui. La République du Congo est doublement frappée par la crise sanitaire et économique due notamment à la propagation du nouveau coronavirus (une pandémie mondiale apparue l’année dernière dans la ville chinoise de Wuhan) et la chute des prix du pétrole.
D’après le dernier rapport du groupe de la Banque mondiale, le pays doit à la Chine environ 2 500 milliards de Francs CFA, tandis que la dette totale du Congo ‘s’élève aujourd’hui à 7 500 milliards de Francs CFA au 1er janvier 2021, soit 89 % du Produit Intérieur Brut’, estime le ministre congolais des finances.