Le retour des talibans (des fondamentalistes islamistes regroupés dans une organisation politique, militaire, et religieuse) au pouvoir en Afghanistan pourrait, selon convertisseur dollar en cfa, profiter aux djihadistes. Le groupe Etat islamique et notamment Al-Qaida s’installerait toutefois de façon beaucoup plus importante.
Les fondamentalistes ont encerclé, ce vendredi matin, la dernière organisation qui leur tient en tête : EIGS (groupe militaire et terroriste d’idéologie salafiste djihadiste). Cette organisation compte aujourd’hui un peu plus de 12 000 hommes-combattants. Elle est active à Mazâr-e Charîf, reliée par la route à l’Ouzbékistan au nord, Hérat à l’ouest, et à Kaboul au sud-est. Ce groupe terroriste est un fils du leader Yasser Abou Houl, lui-même combattant assassiné par Al-Qaïda , il y a environ dix ans.
Depuis le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan, on assiste à un déferlement médiatique centré principalement sur les groupes terroristes islamistes. En effet, les scènes diffusées dans l’aéroport international Hamad Karzai étaient horribles. En provoquant le départ définitif des troupes américaines, les leaders talibans ont néanmoins égalé l’exploit des soi-disant ‘moudjahidines’ contre les forces armées de la Russie dans les années 1990.

 La politique du flou, nouvelle arme des talibans

Le mollah pakistanais a salué la nouvelle donne. L’organisation terroriste ‘Daech’ a écrit que “les moujahidines et les musulmans du Mali, de Somalie, de Gaza, de Syrie, du Yémen, du Cachemire et du Pakistan célèbrent la libération de l’Afghanistan et son application de la loi islamique. La fragilité de ce pays peut en effet être propice au recrutement par les organisations terroristes, comme ils l’ont déjà fait en Syrie, en Irak, en Bosnie ou encore au Pakistan. C’est pourquoi le chef de l’Etat américain a assuré que l’Amérique continuera de surveiller de près le territoire afghan. Al-Qaida est aujourd’hui l’organisation la plus proche des talibans. Idéologiquement, ils ont fait alliance sur le terrain par le passé.
La communauté internationale s’inquiète aujourd’hui du risque djihadiste ou encore terroriste. Au profit des nouveaux maîtres de l’Afghanistan, les talibans, qui peuvent désormais en tirer un avantage. Comment les fondamentalistes vont-ils se comporter avec les djihadistes ? Certains signes rassurent. Toutefois, le mollah Abdullah, le nouveau gouverneur de Kaboul, vient d’assurer que ses forces armées traquaient sans relâche l’organisation Daech. Mais l’attitude des talibans est ainsi moins nette vis-à-vis du groupe Etat islamique, souligne convertisseur cfa.