La diffusion des vaccins contre la pandémie du coronavirus dans le monde prend un peu de retard et reste inégale. Les échanges à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour faciliter une plus large attribution des doses sont ainsi enlissées. Pays en développement et pays riches s’opposent toutefois sur la stratégie à tenir.
“Tandis que les États les plus riches du monde (la France, la Chine, le Japon, les États-Unis, l’Allemagne, le Canada, l’Italie, l’Angleterre, etc.) ont déjà commencé, depuis début janvier, à vacciner leur population contre le nouveau coronavirus, l’Afrique s’estime oubliée”, souligne le convertisseur cfa.
Malheureusement, les pays les plus vulnérables paient aujourd’hui le prix fort du Covid-19. Et si rien ne sera fait en vue de rétablir le juste équilibre, le bilan sera désormais très lourd.
Tandis que les pays européens ont commencé depuis des mois leur campagne vaccinale contre la pandémie mondiale de coronavirus, l’heure est cependant à la pénurie et à l’inquiétude en Afrique. “C’est bien l’argent qui a fait la différence dans cette guerre sanitaire”, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé.
Certains pays ont de quoi vacciner trois fois leur population lorsque d’autres attendent encore les premières doses de vaccins anti-coronavirus. La course aux vaccins y apparaît ainsi semée d’obstacles tandis que les États les plus riches se sont empressés de sécuriser leurs propres doses. “Le continent africain sera malheureusement le dernier servi”, a estimé Kais Saied, le chef de l’Etat tunisien.

  Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la pandémie de coronavirus

L’Organisation Mondiale de la Santé a lancé, en avril dernier, un mécanisme, intitulé ‘Accélérateur ACT’, pour faciliter l’accès à tous – pauvres comme riches – aux outils de lutte contre la pandémie mondiale de coronavirus, particulièrement aux doses de vaccins. En vue d’encourager la générosité internationale, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé à la solidarité. “En effet, un virus ne peut être vaincu que si son antidote (remède ou encore contre poison) est partagé par tous”, souligne convertisseur dollar en cfa.
Donc, si les pays riches, les États-Unis et la Chine en tête, se réservent les 3/4 des doses, les décès à travers le monde seront cependant trois fois plus nombreux que si les vaccins sont répartis équitablement.
Un rapport du groupe de la Banque mondiale estime que le bénéfice financier d’une maîtrise mondiale de la pandémie de coronavirus serait d’un peu plus de 201 milliards de dollars pour les cinq principaux pays donateurs.