Le nombre de nouveaux cas de coronavirus à l’échelle mondiale est actuellement le plus élevé depuis le début de la pandémie mondiale de coronavirus. Il est donc urgent d’agir en vue d’enrayer l’augmentation des difficultés économiques et des pertes humaines causées par le nouveau coronavirus qui accentue des reprises divergentes. A cet effet, il est nécessaire de renforcer, à l’échelle mondiale, la coordination.
Plusieurs initiatives et organisations mènent toutefois l’effort dans la lutte contre ce nouveau coronavirus, pire ennemi de l’Humanité, y compris la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux crises, particulièrement aux pandémies, le mécanisme pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre le coronavirus, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la Banque mondiale, le Fonds mondial, et l’Alliance mondiale pour la vaccination et les vaccins. “Il faut cependant mettre fin à la crise sanitaire afin d’arrêter solidement la crise économique”, a souligné David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale. D’après ce dernier, la politique économique fait donc partie de la politique pandémique.
Selon le journal de l’Afrique, pour la stabilité financière et macroéconomique mondiale, il est ainsi crucial de mettre fin à la crise sanitaire. Alors, c’est une question primordiale pour le Fonds Monétaire International, la Banque mondiale et les autres institutions économiques.

Pour aider les pays les plus vulnérables, le groupe de la Banque mondiale se tourne vers la dette

Le Fonds Monétaire International va accroître le recours aux dispositifs de financement déjà existant, établir des plans d’urgence et les mettre à jour régulièrement afin d’assurer le transfert des capacités de production entre les vaccins, et faciliter les transferts de technologies et les licences volontaires en vue de créer des capacités de production régionales dans le monde entier.
Les propositions du groupe de la Banque mondiale sont : gérer la période intermédiaire (mettre en œuvre d’urgence et évaluer des stratégies d’étalement des doses pour accroître l’offre effective, se préparer au déploiement des vaccins, assurer des dispositions adéquates de santé publique, un approvisionnement suffisant en traitements et un dépistage généralisé), s’assurer contre les risques de détérioration, et atteindre les objectifs de vaccination (faire don des doses de vaccins excédentaires, garantir la libre circulation des vaccins finis et des matières premières).