Attaque contre des chrétiens avec l’égorgement d’un Pape dans une commune normande, fusillade contre des juifs à l’Hyper cacher, élimination de policiers, tuerie de masse à Nice ou au Bataclan durant les horaires de prière France, liquidation de journalistes lors de l’assaut contre Charlie Hebdo…, les actions revendiquées par le groupe Etat islamique en Europe, principalement en France, sont ainsi l’image même de la stratégie du chaos de Daech.
Par ailleurs, la stratégie des combattants de Daech repose principalement sur la nécessité de combattre – dans le monde entier – tout ce qui n’est pas la religion du Prophète de l’islam, Muhamed. En Occident où se trouvent des religions non-musulmanes, mais aussi en terre arabo-musulmane où les djihadistes tentent d’établir son califat, condamnées à être désormais combattues selon l’Etat islamique. Les opérations kamikazes menées par le groupe Daech dans la région européenne, qu’elles soient revendiquées opportunément après réalisation ou directement commanditées, s’inscrivent toutefois dans cette perspective. En effet, les combattants de l’EI ont pour but de semer un chaos généralisé, de provoquer des affrontements civils et d’allumer les feux de la haine entre toutes les communautés. Prophétie autoréalisatrice ou menace ? En faisant tâche d’huile, la guerre syrienne a contribué considérablement au développement du groupe Daech.

     Les chrétiens, premières victimes de l’expansion de l’Etat islamique

Selon Antonio Guterres, les chrétiens sont aujourd’hui les premiers à souffrir de cette expansion musulmane, version Daech. Obligés de se convertir à l’islam ou de partir, ils seront terrorisés par la suite par des crucifixions, des enlèvements et des attaques terroristes. Le conflit du groupe Daech, installé dans la durée, s’est régionalisé en prenant toutefois l’aspect du grand affrontement entre les pôles chiites et sunnites de l’islam.
Ainsi, les dernières attaques terroristes durant les horaires de prière en Allemagne, en Belgique ou encore en France, attestent incontestablement d’une accélération de la stratégie du chaos et de la terreur. Selon un récent rapport, les analystes d’Europol considèrent que l’Etat islamique ‘prépare désormais de nouveaux attentats’ dans des pays membres de l’Union européenne, et principalement en France. “Les attaques terroristes ou les attentats-suicide viseront ainsi en priorité les cibles molles, autrement dit la société civile, à cause notamment de l’impact que cela génère”, a souligné le rapport.